Le talent c’est faire ce que l’on veut et le génie c’est faire ce que l’on peut. Les moyens financiers ne peuvent suppléer à l’absence de l’un ou de l’autre

l'algerienne 1 

 

Une «  performance » collective prémonitoire:

………..

Après l’évacuation du remblai, nous nous sommes retrouvés avec un grand tas de sable, dans la cour, en terre battue, de l’école. Les ouvriers rattachés à l’Institut, avec la participation de quelques étudiants qui avaient commencé à y prendre goût, l’avaient étalé sur toute la surface de cette dernière, à la grande joie de certains autres qui en ont profité, en se croyant, pour un moment, à la plage. Peut-être exprimeraient ils, de la sorte, le sentiment de nostalgie, teinté de regret, que certains amis Sfaxiens, de mon âge, éprouvent encore, pour les débuts des années soixante, du temps où Sfax avait encore sa plage et ses vergers et constituait avec ses « j’nans » « la cité-jardin » de la Méditerranée dont parlaient les revues d’Architecture et d’Urbanisme de l’époque.

Au-delà de cette récupération spontanée du tas de sable par les étudiants, j’avais pensé qu’il serait utile, du point de vue pédagogique, d’essayer d’impliquer les étudiants, dans sa réutilisation en tant que matériau, pour la réalisation possible d’autres installations et de faire de cette cour d’école, (que d’autres, avant moi, avaient transformée en terrain de sport), un atelier de plein air, d’ « extraction » plastique à « ciel ouvert ». Mais à la différence de l’expérience de la galerie, où je m’étais laissé guider par ce qui advient, je m’étais mis, cette fois-ci à préméditer mes interventions, en essayant de les programmer.

Il s’agissait, désormais, d’activité d’enseignement et non de résistance ; la finalité pédagogique n’abolissant pas la nécessité de la prise en considération, dans l’élaboration des installations futures, du rapport étroit qui devrait lier ces exercices à leur environnement immédiat.

L’idée du « Sfaxien nostalgique des années soixante » qui m’avait traversé l’esprit, pour m’expliquer la réaction de certains étudiants, face au sable étalé de la cour, ne m’avait pas semblée, au départ, infructueuse.

Croyant en la motivation possible des étudiants, par le sentiment de nostalgie, j’avais suggéré au groupe d’étudiants volontaires qui avaient commencé à prendre goût à cette activité de cour, de rendre hommage aux « tabias », ces talus de terre, de la « Cité Jardin » dont les restes étaient encore visibles, dans certains quartiers de la ville, dès que l’on quitte les abords immédiats des grandes artères qui ne sont autres que les anciennes routes qui liaient Sfax à son arrière pays. L’intersection de ces dernières avec les chemins « coupants » que l’on nomme  qassas,  chemin de traverse,  servent, souvent, de repères, sur la base desquels, on précise son adresse, en y ajoutant, au kilomètre près, le numéro du qassas le plus proche de son domicile. Dès les premières semaines de mon installation, Si Ali Zouari m’avait prévenu que « Sfax est, du point de vue de la communication sociale, un grand village ».

Les routes et les qassas qui les coupent constituent une trame centrifuge, dont les rayons partent tous de la façade nord-ouest des remparts ayant pour centre la grande place pittoresque de Bâb Ejebli. Cette trame est en passe de devenir le support de l’identité graphique de la ville. La société régionale de transport en a fait son logo, dont le regretté Ali Naçef Trabelsi est l’auteur.

Mais l’expérience des « talus » s’étant finalement, avérée peu fructueuse, sauf pour la prise de quelques photos, j’en avais conclu que le sentiment de nostalgie ne pouvait être à l’origine de créations majeures et ne pouvait servir, en fin de compte, que de légitimation, idéologique à des œuvres folkloristes, peu convaincantes. Et ce, dans la mesure où la véritable nostalgie créatrice est la nostalgie de l’Origine, productrice d’Enigme.

C’est pourtant l’idée d’exprimer la nostalgie du mode de vie bédouin qui a été à l’origine de l’événement artistique le plus énigmatique de tous ceux que cette cour aura connus durant cette période.

Voulant « concurrencer » le petit groupe d’étudiants qui s’étaient investis, dans les activités d’expérimentation plastique que j’avais inaugurées dans la cour, d’autres étudiants avaient décidé, de nous faire la surprise d’une installation qui, à leurs yeux, serait plus significative et beaucoup plus porteuse d’authenticité.

Mettant à profit ma décision de consacrer le libre accès à la cour et aux ateliers, jusqu’à une heure avancée de la soirée, ces derniers avaient eu l’idée de transformer, de nuit, la cour en « campement de nomades ».

Ce que j’avais découvert, le lendemain, m’avait surpris, agréablement. En tant que pédagogue, j’étais satisfait de cette prise d’initiative de la part d’étudiants qui, au départ ne cachaient pas leur scepticisme, face aux événements auxquels ils s’étaient, jusqu’ici, contenté d’assister, en « spectateurs » non concernés. Leur réaction, signifiait, pour moi, qu’ils ont « mordu à l’hameçon ».

Mais leur approche de la notion d’installation et, en conséquence, de l’activité de création, dont ils venaient de faire preuve, m’avait donné l’occasion de rentrer dans une colère feinte et, sur le ton de la réprobation la plus radicale, j’ai donné l’ordre « de débarrasser la cour, dans l’immédiat, de ce décor folklorisant ». Décor qui reprenait, sans le savoir, cette animation pour touristes en quête de dépaysement facile et qui, dans la région de Sousse, consistait à organiser des « méchouis party » dans des plantations d’oliviers, maquillées en « Bédouin ranch ».[1] Rapidement, les attaches de la bâche bariolée, que les étudiants avaient tendue, couvrant ainsi, une partie de la surface de la cour, ont été dénouées, laissant choir ce grand morceau de tissu qui avait pris, dans sa chute, une forme hasardeuse, constituée de pliures « chaotiques »[2]. Auparavant, la tente bédouine qu’ils avaient plantée au milieu de la cour a été démontée, enroulée et jetée à même le sable, sur le bord de la bâche bariolée qui avait recouvert, de ses plis, le reste d’une tabia qui faisait partie de la précédente installation. Mais, mon souci était autre : je ne voulais pas laisser marquer cette matinée par une action que j’avais voulue, il est vrai, spectaculairement répressive. Il fallait, d’urgence, redevenir constructif et permettre à l’initiative du groupe de continuer à travers un exercice productif et même performant. La juxtaposition de la surface colorée de la bâche et de cette forme étrange qui a résulté de l’enroulement du tissu en poils de chameaux de la tente, ajoutée au fait que l’ensemble s’étalait au pied de ce ficus majestueux de la cour, a soudain pris forme à mes yeux. C’était presque une « vision » dont l’aspect prémonitoire que les évènements, révèleront deux semaines plus tard, m’avait fortement intrigué. Etendue à la lisière de cette surface bariolée, et que limitait ce tas de sable aménagé en tabia, sous cet arbre presque centenaire, cette forme oblongue se transformait soudain, à mes yeux, « en corps gisant d’une femme algérienne que des intégristes avaient assassinée cette nuit ».

Je ne m’étais pas suffi à le penser et j’avais fait part de ma « vision » aux étudiants présents, en leur suggérant d’organiser symboliquement un « site in », en signe de protestation contre « l’horrible assassinat ».

Je ne sais pas si mes étudiants ont mal ou bien apprécié cette intrusion inattendue du politique, sous sa forme la plus dramatique, dans le champ symbolique de cette cour d’école,

l'algerienne 2l'algerienne 3

mais le fait est qu’ils avaient saisi l’idée au vol, pour me surprendre, par une série d’improvisations théâtrales silencieuses que plusieurs de leurs camarades se sont mis à mitrailler de leurs objectifs.

Ce jour là, plusieurs autres étudiants qui assistaient, en badauds, à la scène, ont adhéré, pour la première fois, aux activités de la cour, en intégrant spontanément, le groupe improvisé, d’acteurs ; participant, par la même, à cette première « performance » collective.

Quant à la dimension prémonitoire dont j’avais dit qu’elle m’avait même troublé c’était le fait que deux semaines plus tard, lorsque le vaguemestre déposa sur mon bureau un numéro de l’hebdomadaire Jeune Afrique, j’avais remarqué avec grande surprise qu’un article du magazine, consacré à un massacre perpétré contre les habitants d’un petit village isolé d’Algérie, était illustré par une photo presque identique à celles prises par les étudiants, en ce jour mémorable, où ils avaient improvisé la représentation d’une réalité à venir.

Ces photos prises par les étudiants, après avoir été transformées en très grands formats, à l’aide d’une photocopieuse couleurs, nouvellement acquise, nous ont servi, pour monter notre première exposition dans la galerie. A cette occasion, nous avions joint aux photos exposées,  la photo de Jeune Afrique, que beaucoup de visiteurs avaient prise pour une citation, en guise de référence, n’étant pas habitués à ce que l’art puisse inverser le cours du temps et servir, parfois, de référence à la réalité.

[1] Je signale au passage qu’à l’occasion de sa visite à Sfax, pour l’inauguration de la galerie et le vernissage de l’exposition de Moschini, le Ministre avait annoncé à l’assistance, la création prochaine d’une école des Beaux-Arts à Sousse et celle d’une autre à Nabeul. J’avais, alors fait observer que « Sousse – Monastir » et « Nabeul- Hammamet » étaient aussi aliénées, par leur réussite économique touristique, que Sfax ne l’était, par ses succès économiques industriels et qu’elles avaient toutes besoins d’écoles d’art à vocation purement culturelle. C’est ce qui m’avait amené, deux ans plus tard, à regretter, publiquement, au cours d’une réunion des directeurs et doyens tenue à Sousse, le détournement du projet d école des Beaux-Arts à Sousse, en celui d’institution de formation en D.A.O. –  P.A.O. qui ne consacrait, à la filière « Arts Plastiques » que le quart des effectifs orientés ! Histoire de justifier l’appellation de départ (Institut Supérieur des Beaux-Arts) sur laquelle il était difficile de revenir, et de sacrifier, d’une manière, pour le moins formaliste, à une orientation, (légitime par ailleurs) qui donnait la priorité à la création de filières courtes, supposées en meilleure adéquation avec le marché de l’emploi

[2] En rapport avec la théorie du chaos. Le mode de formation de cette étendue recouverte par le tissu bariolé m’a rappelé les expérimentations plastiques de Marcel Duchamp avec le «  hasard en conserve » de ses «3 stoppages étalon ». (Paris 1913).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *