Le Pape François rejoint l’Islam de Mohiéddine.

with Pas de commentaire

Avec la mise à jour, la plus récente, opérée au sein de la plus importante des Églises chrétiennes du Monde, des fondements mêmes du Catholicisme, le Pape François ne fait, en vérité, que renouer avec le message christique d’origine, fait d’Amour et d’Ouverture radicale à l’Autre.
En déclarant que « comme la fable d’Adam et Eve, nous voyons l’enfer comme un dispositif littéraire. L’enfer est simplement une métaphore de l’âme isolée, qui, comme toutes les âmes,seront finalement unies dans l’amour avec Dieu » et que « toutes les religions sont vraies », le Chef de l’Eglise Catholique, vient de prendre clairement ses distances vis à vis de tous les extrémismes religieux dont l’opposition apparente, se révèle de jour en jour n’être qu’une ruse terroriste, sous laquelle se dissimule une solidarité intéressée, cependant incertaine.
Et en rappelant à la conscience des humains que le discours religieux est de caractère métaphorique qu’il ne faut pas comprendre à la lettre, il vient, en termes politiques de rejoindre la position exprimée, il y a moins d’un an, devant les élus de l’Europe, par le Mufti de la République Syrienne, accompagné d’un grand représentant des Chrétiens Orientaux de son pays. Ce n’est donc pas un hasard si, l’un et l’autre laissent transparaitre, dans leurs discours, une volonté universelle de l’Humanité d’Aujourd’hui, de se prémunir des effets destructeurs provoqués par l’Alliance objectives des Forces du Mal que sont les adeptes du Sionisme Chrétien de Bush, du Sionisme Judaïque de l’État d’Israel et du Wahabisme de Saoudie.
Saurons nous, à notre tour, reconnaitre enfin, l’importance que les musulmans que nous sommes, devraient accorder à la pensée d’Ibn Arabi, ce grand sage Andalou, Tunisien de passage et partiellement de formation , dont la tombe constitue un des hauts lieux de l’antique ville de Damas.

Répondre