Le coiffeur de Hay Lahbib et le fauteuil du Professeur Ben Salem (Sfax1997)

with 4 commentaires

Voici un extrait de mon livre publié en 2009 et dans lequel je relate l’état dans lequel se trouvait la société tunisienne il y a plus de quinze ans. Les bruits qui courent quant à la connivence entre le monde des affaires , de l’économisme rampant  et la Nahdha dont ils feraient  partie des  « financiers »  me confirme dans mes conclusions quant à la solidarité objective entre l’intégrisme religieux et l’intégrisme économique. Ce qui arrive, aujourd’hui à Sfax était prévisible depuis une vingtaine d’année, mais l’évacuation du culturel dans les approches politiques ne permettait pas aux décideurs de s’en rendre compte. J’ajoute aujourd’hui, que le coiffeur dont je relate l’histoire, en ce dimanche de 1997, participait à distance, en donnant ses directives, par l’intermédiaire   d’un garçon de café qui venait le voir  avec son plateau à la main, aux participants  au congrès d’une cellule du Rassemblement (Tajamo3) qui se déroulait le jour même. Ce qui arrive, aujourd’hui à Sfax, est la conséquence de cette « identité meurtrière » , au sens que lui donne Amine Maalouf  qui s’appelle « douce sfaxite » et qui peut se transformer facilement en « violente sfaxite » qui laisse faire un certain Jaouadi , même si l’on dit qu’il n’est pas originaire de Sfax. En 1997, j’avais assisté à un hommage rendu à feu Mohamed Yaalaoui, par une association culturelle de Sfax à la Bibliothèque publique, en face de Chat Elqraqna. Yaalaoui qui était mon professeur d’Arabe en 1957 , au Lycée de Garçons de Sousse, avait pris la parole pour rendre hommage à son tour à feu Mohsen Mezghani,  qui était alors maire de Sfax en disant:  » Lors de la fondation de la Faculté des Lettres ( 9 avril) nous avions demandé à Si Mohsen de se joindre à nous, mais ce dernier a préféré sa « petite patrie à la Patrie ». Lorsque l’appartenance d’un individu à un groupe social particulier l’emporte sur son  adhésion à un groupe plus large qui s’appelle une nation, cela s’appelle aussi l’identité meurtrière. C’est cette appartenance, parfois exclusive, à un groupe particulier, fondé sur des considérations de région, de race,de castes, de dogmes indiscutables et butés qui fait que l’on peut opter pour une stratégie politique qui consiste à ne pas mettre ses œufs dans un seul panier et d’être de tous les partis à la fois. C’est à dire, en fin de compte, de renoncer à sa condition de citoyen et de rétrograder à sa condition de membre d’une tribu , d’une secte ou d’une patrie dans une patrie, et devenir le sujet  d’un État parallèle, au sein de l’État.

Gagner de l’argent, c’est vertueux affirme l’éthique libérale américaine traditionnelle, différente apparemment, de celle qui prévaut actuellement et qui annonce, sans ambages, la fin de l’histoire ou plutôt son achèvement, sous l’instauration définitive de la Pax Americana, qui a l’air de se passer de toute éthique.(1996)

Il serait peut-être utile  de rappeler, ici,  que l’éthique libérale d’origine, tout en donnant une caution morale au fait de vouloir gagner de l’argent n’en demeure pas moins vigilante, face aux tentations d’abus et de tricherie. En témoignent les mesures de prévention de délits de monopole, de cartellisation et d’initié, d’obligation de se soumettre au jeu de la concurrence et à la transparence comptable. Tout un train de mesures juridiques que le législateur prévoit, en vue de doter le système de limites dont il a objectivement besoin, pour ne pas le laisser croire qu’il est d’essence divine et de tomber, quelque part,  en folie.

L’on peut dire, dans ce sens, que le libéralisme débridé, ignorant de ses limites, est de « droit divin », autant que les autres intégrismes, d’inspiration divine qui ne sont que les pendants naturels de cet intégrisme économique. L’économisme rampant n’étant pas le libéralisme économique, il en est la forme excessive.

Contrairement à ceux qui prennent  un symptôme pour le mal dont il  n’est que  le signe apparent, je suis tenté de croire que la tension manifeste qui résulte de la lutte entre ces différents intégrismes, économiques et religieux et parfois leur association, n’est, en toute réalité, que la suite logique de ce rapport particulier au réel, dans lequel induit le libéralisme débridé, générateur, de bénéfices mais, également, de tensions sociales, souvent sourdes et profondes. A deux reprises j’ai eu, d’ailleurs l’occasion d’en sentir le pouls, sans avoir la prétention de le mesurer. La première fois, c’était au cours de cette unique année de mon séjour sfaxien que j’ai passée à Sidi Mansour. Un vendredi,  au retour, de mon bureau, j’ai été surpris de voir  que la chaussée, les trottoirs et les bas côtés étaient littéralement occupés, sur plus d’une centaine de mètres par un grand nombre de voitures, toutes classes confondues. Cela s’expliquait par l’existence d’une petite mosquée, dans les alentours,  qui, malgré la modestie des lieux, était bondée de monde qui vient écouter  un imam inspiré, dont le prêche est apprécié par tous. J’ai toujours trouvé insolite ce spectacle qui fait retrouver, côte à côte, un patron d’entreprise privée, l’ouvrier qui travaille chez lui,  un chauffeur de taxi et l’épicier  du  coin qui, à la rentrée des classes, s’improvise libraire, spécialisé dans les fournitures scolaires. L’idée de cette coexistence pacifique, entre les membres  d’une Umma (qui n’a jamais réellement existé)  mais dont le modèle est proposé, ici et maintenant, comme baume  aux problèmes  objectifs, vécus, au quotidien, par les citoyens d’un état moderne et d’une société à mutation rapide, cette idée  relève, en fait, du coup de force thomiste[1] que Max Horkheimer qualifie, aussi, de  panacée contradictoire. Ce mode de penser a fini, comme on le sait,  par  « instrumentaliser la Raison », en la séparant totalement de sa fonction critique et ne peut donc, facilement, se référer à l’Islam  qui, dans sa forme originelle,  ne contenait pas  la trace d’un quelconque thomisme. Ce qui n’est pas le cas des différents discours qui, aujourd’hui, tendent à impliquer l’Islam dans la catégorie des idéologies, aussi bien religieuses que politiques, qui traversent les sociétés dites islamiques

Toujours est il que, considérant  que ce phénomène n’était pas propre à Sfax et qu’on pouvait l’observer, tous les vendredis,  dans toutes les villes de Tunisie et d’ailleurs, j’avais conclu, en définitive, que ce que j’avais observé n’était pas de nature à provoquer l’inquiétude de personne.

La seconde occasion où j’ai eu à sentir le pouls de cette  tension, c’était dans un petit salon de coiffure d’un quartier populaire, situé à l’extrême ouest de la ville. Cette fois-ci je n’étais pas seulement surpris, mais littéralement sidéré.

Le coiffeur qui était entrain de me couper les cheveux jetait, de temps à autre, un regard oblique sur un petit écran, haut perché, branché sur la chaîne de télévision Aljazira. Celle-ci diffusait, en ce début de matinée, un programme de « fatwas » faites par un cheikh égyptien connu et qui répondait, en direct, à des appels téléphoniques qui lui parvenaient des quatre coins du monde. En écoutant une question, posée par un jeune arabe résidant en Suède, qui demandait au révérend barbu s’il était permis à un musulman de manger à la table d’un chrétien, je n’ai pu m’empêcher de faire observer, à mon coiffeur, le peu de culture dont font preuve certains musulmans de l’émigration ; dont ce téléspectateur que je supposais jeune et qui ne savait pas que l’Islam n’a jamais considéré les Gens du Livre comme des impies, kâfirs, infréquentables.

La réaction de mon hôte, auquel j’étais entrain de tendre le cou, a été rapide et même inquiétante. Il s’arrêta net de me couper les cheveux et me dit sur un ton pour le moins condescendant : « sais-tu qui venait, avant toi, honorer de sa présence ce salon et ce fauteuil sur lequel tu es assis maintenant ?» Et à ce monsieur de me citer un nom connu  pour avoir figuré dans une information concernant une affaire de complot contre la sûreté de l’Etat, que je connaissais pour lui avoir consacré un éditorial de la Revue Dialogue en date du 30 novembre 1987. ( j’ajoute aujourd’hui qu’il s’agit   de Moncef  Ben Salem, actuellement Ministre de l’Enseignement Supérieur)

Face à ce ton que j’ai senti menaçant, je n’ai pu que continuer, par légitime précaution, à taire mon identité et patienter, sagement, un bon moment avant que mon coiffeur ne consente à terminer la coupe de mes cheveux.

C’étaient donc là  deux exemples  que l’on pourrait  considérer comme étant des symptômes d’un mal plus profond dont cette société souffrirait et qui favoriserait cette integrisation, rampante, elle aussi, autant que cet économisme ravageur dont ces deux formes d’intégrisme, retenu et violent, souvent solidaires, sont le pendant obligé et auxquels une action culturelle conséquente et la présence d’une  école d’art, au sein de la cité, pourrait, y remédier, même à titre symbolique.


[1] La raison ayant abandonné l’autonomie est devenue un instrument. Sous son aspect formaliste de raison subjective, encore accentué par le positivisme, l’absence de contenu objectif est plus marquée…Désormais la raison est complètement assujettie au processus social. Il n’y a plus qu’un seul critère : sa valeur opérationnelle, son rôle dans la domination des hommes et de la nature. Max Horkheimer, Eclipse de la raison, Paris, Editions Payot, 1974, page 30.

4 réponses

  1. nabil
    | Répondre

    ce qui me surprend vraiment que notre cher professeur n’as jamais parler politique avant…pourtant j’étais son étudiant et supposé être mon « encadreur »…il était même mon directeur à l’ISBAT….tout ce qu’il critiquait à l’époque ce sont les sfaxiens…aujourd’hui j’ai découvert son penchant vers la politique …pouvez vous au moins féliciter Ennahdha qui a pus délier votre langue?…mieux encore, elle vous laisse publier même…ou bien avez vous militer pour ca?

    • Naceur Ben Cheikh
      | Répondre

      En 1986, 87 et 88 j’étais directeur d’un hebdomadaire politique. L’article sur Ben Salem qui est actuellement mon ministre date de 1997 et publié dans mon livre sorti en 2009. Ni Ennahdha, ni ses Salafistes ni certains qui utilisent leur appartenance formelle à Sfax pour faire de l’opportunisme de bas étage, ne peuvent m’empêcher de m’exprimer.

  2. Roger Vivier shoes
    | Répondre

    Le coiffeur de Hay Lahbib et le fauteuil du Professeur Ben Salem (Sfax1997) | Naceur Ben Cheikh
    [url=http://www.lepassagetoindia.com/images/rogervivier.html/]Roger Vivier shoes[/url]

  3. mbt
    | Répondre

    Le coiffeur de Hay Lahbib et le fauteuil du Professeur Ben Salem (Sfax1997) | Naceur Ben Cheikh
    [url=http://www.parfex.eu/parfex/mbt.php/]mbt[/url]

Répondre