Zohra Lambouba, la Madeleine de Bab Souika

with Pas de commentaire

Au départ, une image purement numérique, produite par l’usage erratique d’un logiciel qui n’attendait que çà pour Organiser le Chaos d’Origine, en le rendant visible, sous forme d’icône, Objet de vénération sacralisante de la part du petit peuple de Bab Souika qui n’avait pas encore transformé le « sacré »( çà crée) en illicite.( الحرام يولي حرام)

Zohra Lambouba n’était pourtant qu’une danseuse de Café Chantant, affublée de deux lampes électriques de lumière rouge. 10 octobre 2010 à 5:29

Minuit passé, Zahra (Zohra en accent tamazight), redevenait moins artificielle et se débarrassait de ses lampes.

Mais l’effet de la lumière rouge de ces dernières continue à illuminer d’une manière indirecte cette matrice commune de notre « Umma » comme le prétend un cousin juif de Marakech, psychanalyste et écrivain de son état. Dont le nom Sibony pencherait du côté de la « siba » et non de celui du « Makhzen » pour reprendre les termes de Berque. 10 octobre 2010 à 5:29

C’est que Minuit passé, Zohra Lambouba se transformait en Shahr-Azad (La cité de la liberté, en persan), pour ramener, par sa langue fileuse de soie, Son Roi à son humaine condition, en lui racontant des histoires labyrinthes , où la matrice commune se révèle fondatrice de Cités et où la calligraphie et l’architecture n’en font qu’une seule dimension, la quatrième.

Celle que l’on peut trouver aussi bien dans les miniatures persanes, turques, indiennes ou arabes et dont l’écho incertain se retrouve dans l’oeuvre de Klimt ou bien plus proche de nous dans l’oeuvre de mon ami Néjib (Belkhodja)

.Mais retour au point de départ: ce qui n’était qu’image « purement numérique » se retrouve sous une forme « graphique » où ce sont les pixels eux-mêmes qui sont l’objet d’une auto mise en scène dont l’cône n’est que le sens final d’une révélation (révolution) informatique. 10 octobre 2010 à 5:29

Saloua Mestiri.
« Quelle soie aux baumes de temps
Où la Chimère s’exténue
Vaut la torse et native nue
Que, hors de ton miroir, tu tends !…»
( Mallarmé!)

11 octobre 2010 à 13:34

Une année plus tard , après la Révolution ………le 30 octobre 2011

Comme nous sommes à présent, à plus d’un tiers, en Islamasie ghanouchienne, j’ai pensé qu’il serait de bon augure et on ne peut plus rassurant, pour les deux tiers qui restent tout de même en Tunisie, que nous fêtions tous ensemble, l’avènement démocratique de la contre-révolution depuis longtemps annoncée et ce, en adressant cet hommage infographique à la mémoire de  Lalla Zohra Lanbouba, qui, des années durant, avait animé (donné une âme) le quartier populaire de Bab Souika à Tunis, pendant les nuits de Ramadhan. L’on sait que cet Islam dévoyé des nuits ramadanesques , au cours desquelles « Tunis chante et danse » a été combattu par un certain Bourguiba qui avait trouvé que les musulmans de Tunisie devait travailler plus, au lieu de se laisser musulmaniser de la sorte par le nombril de Zohra.

Un cousin de Marakech, lui aussi fils d’Ibrahim, du nom de Daniel Sibony, psychanalyste de son état, n’avait-il pas « reconnu » dans la danse du ventre le lieu fascinant de la figure de la mère « Oumma » qui envoûte ses cousins musulmans. Ces derniers, comme leurs cousins, respectueux de la Loi Mosaïque, se refusent au partage du Père commun.

Mais cela n’empêche pas le Premier Ministre d’Islamasie de prendre comme modèle, pour sa démocratie religieuse, celle en vigueur en Sionisie et pratiquée en toute rigueur, par les colons de la Rive Ouest du Jourdain.

L’avènement d’Islamasie  démocratique a été le produit de l’ingérence, pardessus la tête de leurs gouvernements respectifs, que ces derniers soient dictatoriaux ou pas, d’une parole qui pour être divine; ajoute à sa qualité de Parole d’Origine, le fait d’être projetée sur terre par des instruments fabriqués par des hommes technologiquement avancés et qui permettent à ces derniers de se prendre pour l’œil du Très Haut. Cet Œil, comme le dit la tradition de la théologie musulmane,  est capable de voir la fourmis noire dans la nuit la plus sombre « يرى النملة السوداء في الليلة الظلماء ».

C’est ce qui explique que dans ces contrées satellitaires, on peut toujours, dans la boutique, située juste à côté de celle ouverte par Zohra Lanbouba (Oui, une chaine de télévision satelittaire, à usage personnel, cela existe), porte contre porte, tomber sur un de ces marchands de Paradis, aux parfums d’Afghanistan, qui vous promet un Au-delà meilleur et, en attendant, vous fera oublier l’Enfer d’Ici Bas. Vous les reconnaitrez à leurs longues barbes teintes de henné qu’ils ont confisqué à Zohra Lambouba , pour raison d’usage immorale, parce que public, de séduction illicite, perpétrée, en plein jour par des femmes de rue, contre les hommes trop sensibles qui, parait-il, risquent de se laisser provoquer et bander sur tout ce qui bouge!

عندما أسافر إلى كوكب الزهراء (الزُُهره باللكنة الأمازيغية ) تجدني أحلم بالأرض . و زُهره الأمبوبة بقدر ما هي « شمعة ضواية » كما تشير إلى ذلك السيدة صليحه بقدر ما تشدنا إلى أرض تونس الزكية كما إيران في عيون الفرس و بلاد الأناضول في عيون الأتراك فما أحوجنا إلى أن نستنير من جديد بزُهرتنا الامبوبة.

أنظروا كم تبدو الأرض صغيرة عندما نتأمل في صورتها عن بعــــــــــــــــــــــــــــد………………. من كوكب الزهراء.

Quand je voyage sur la planète Vénus, en Arabe Al Zahra’ (Zohra en accent amazigh), Je me mets à rêver de La planète Terre. Où, il n’ y a pas longtemps, la danseuse populaire de Bab Souika, Zohra l’Ambouba (la lampe) éclairait les nuits des Musulmans de Tunis, pendant le mois sacré de Ramadhan. Comme nous avons besoin, aujourd’hui, des lumières de cette étoile polaire ! Bien de chez nous, elle pourrait nous enraciner dans la terre de nos ancêtres, comme le sont les Musulmans Perses en Iran ou bien les Musulmans Turcs d’Anatolie.

Observez comme la Terre me paraît lointaine quand je voyage en Zohra !

Répondre