La bataille pour la libération de l’Islam.

with 5 commentaires

Ce qui distingue Bourguiba de la majorité des hommes politiques arabes et musulmans contemporains qui ont eu à réfléchir, à un moment ou un autre, sur l’apport de l’Islam à la libération de leurs pays, c’est d’abord la clarté et la profondeur de la vision bourguibienne  en la matière. Contrairement à beaucoup qui ont eu, au cours de leur itinéraire politique ou intellectuel, à se poser la question qui se rapporte à la validité et à la pertinence des valeurs propres à l’Islam, Bourguiba est le seul à avoir accordé à ces valeurs une importance stratégique qui dépasse de loin le caractère tactique et politicien.

Témoigne de cette dimension stratégique de la vision bourguibienne de l’Islam le fait que la référence que cette dernière fait aux valeurs islamiques, remonte aux années quarante et son recours à l’Islam comme moyen de résistance à l’assimilation date du début des années trente. Malgré certaines lectures « occidentalisantes » du message et de l’action bourguibiennes qui interprètent ce message uniquement en termes de « rationalisme », de pragmatisme et de laïcité, il s’avère, aujourd’hui de plus en plus fondé et de plus en plus juste de comprendre et de faire comprendre à nos jeunes générations le message de Bourguiba, au-delà de sa récupération, en tant qu’idéologie  de pouvoir, par le Parti Destour, comme volonté de promotion de la renaissance de l’Islam authentique. A ceux qui– parce qu’ils n’ont qu’une vision partielle ou partisane de l’approche bourguibienne verront dans ces propos  un discours de circonstance et de propagande également partisane, nous leur proposons de lire et de méditer deux textes importants  de Bourguiba. Deux textes, parmi tant d’autres.

Le premier est celui constitué de larges extraits d’un discours prononcé le 8 février 1961 et dans lequel Bourguiba analyse  les fondements réels qui font de l’Islam, non pas « une religion », c’est-à-dire un dogme comme les autres, mais une approche  véritablement rationnelle de l’histoire et une vision équilibrée et équilibrante  de l’existence humaine. Une approche qui explique, par exemple, pourquoi Bourguiba a toujours rejeté la notion marxiste de la lutte des classes, tout en utilisant le terme  de « classe ouvrière » ou « classe laborieuse ».

L’unité de la Nation, idée centrale de la stratégie de Bourguiba se révèle à l’analyse objective n’être que la traduction actuelle de l’unité de la Umma au sens  « Communauté de musulmans ».

Le second texte  est une interview, accordée par Bourguiba à l’organe de l’UDMA « La République Algérienne », au lendemain de sa participation au Congrès Islamique, tenu en Avril 1951 à Karachi, nous reproduisons  un extrait se rapportant à la question qui était déjà bien avant l’Indépendance, au centre du débat qui secoue le monde islamique aujourd’hui. Celle qui consiste à rechercher les meilleures voies  pour donner, aux musulmans, les moyens de se développer, tout en restant fidèles  à eux-mêmes.

Nous faisons remarquer, toutefois, que, dès le départ, Bourguiba avait donné à son action  pour l’actualisation de l’Islam (dont dépend sa véritable pérennité) la dimension d’une bataille et d’une lutte continuelles qui peut durer des dizaines d’années. La bataille pour la  libération de l’Islam.

Naceur Ben Cheikh. (In l’Hebdomadaire Dialogue du 23.11.87)

5 réponses

  1. mohamed KTAT
    | Répondre

    slt mr naceur.Il me semble que le combattant suprême Bourguiba est un personnage politique très sage, un grand intellectuel et très sérieux. Il a été très influence par l’occident, il cherche a crée un projet de modernisation pour éviter le repli identitaire et tenter à l’occidentalisation par une coopération actif. Il s’agit d’un corps politique qui a consacre sa vie au service du son peuple . Je voix qu’il s’agit d’un corps politique qui attire les gens par un charisme spécial : c’est la logique, la science, la raison, le contenu, le fond, l’essence et non pas la forme et l’apparence et l’extase. Dans ce sens, le charisme peut être défini comme le grand prestige d’une personnalité exceptionnelle. Max. Weber décrit : « le charisme comme une des légitimations du pouvoir, mais en décrivant ici ce qu’il appel le charisme politique : c’est guidé un peuple ». il faut donc une nouvelle et l’autre vision du monde qui instaure des nouvelles habitus et qui engendre la libération des individus et de l’islam.
    Il me semble aussi que les islamistes n’arrivent jamais à guider le peuple par une vision de repli identitaire et de refus de l’occident. Mohamed KTAT

    • Easter
      | Répondre

      That’s 2 ceelvr by half and 2×2 clever 4 me. Thanks!

  2. kharroubi jamil
    | Répondre

    هذه انجازات بورقيبة

    منذ أن أعلن بورقيبة سنة 1955 ـ قبل إعلان الاستقلال بسنتين أنه ينوي إقامة حكم لا ديني في البلد، قرر بورقيبة وحزبه ـ فعلاً ـ تجريد البلد من كل مقوماته الإسلامية. ففي سنة 1957 أعلنت قوانين الأحوال الشخصية التي تقطع علاقتها بالشريعة الإسلامية في مجال الأسرة. وفي سنة 1958 ألغيت الأوقاف العامة، و1959 منع التعليم الديني و1960 شن بورقيبة حرباً ضد الصيام و1962 ألغي التقويم الهجري، و1965 ـ فتح أول ناد للعراة، و1968 بدأت تعرية المرأة المسلمة من لباسها الإسلامي. و1969 بدأت حملة لغلق المساجد، و1974 بدأ بورقيبة بإلقاء محاضرات ضد القيم الإسلامية، وتهجم على القرآن الكريم والسنة النبوية، والآداب الشرعية والعادات الإسلامية و افتى بافطار رمضان و فعل كل ما في وسعه لتغريب العادات العربية التونسية.كما تولى تصفية كل رموز النضال الوطني و خاصة حرب الابادة على اليوسفيين و شن سياسة العقاب الجماعي ضد كل المناطق التي خاضت النضال المسلح و التي وقفت ضد سياساته الانبطاحية و حرمها من كل اشكال التنمية و خاصة مناطق الجنوب و المناطق الداخلية. هذا غيض من فيض.و لا ادري سبب هذا التعلق بصنم بورقيبة و هو الذي شن حربا مقدسة على الهوية و الدين و عاث في البلاد خرابا و « كملها » بتعيين جنرال متغطرس و سفاح على راس الوزارة الاولى و الذي تحكم برقابنا فيما بعد ليكمل مشروع بورقيبة التدميري بحق البلاد و العباد.

    • Sami Trimeche
      | Répondre

      si Bourguiba a réussi la libération de la Tunisie c parce qu’il a donné a son combat une dimension religieuse , et c ce qui lui a permit d’embrigader presque toute la population avec 1 élan rarement enregistré , il suffit de se remémorer ou de se référer aux témoins de cette formidable unisson entre le peuple et son leader le 1 Juin 1956 . Bourguiba a fait beaucoup pour la femme et pour sa libération du joug de l’obscurantisme archaïque au nom de l’Islam , et contrairement à ce que vous avancez , rien dans ce code n’est en contradiction avec le livre saint . La Tunisie le lendemain de l’indépendance etait vidée de toute richesse , tout les projets qui s’y sont réalisés par le colonisateur avaient l’objectif de faire main basse sur les richesses du pays , en prenant les choses en main la Tunisie libérée mais appauvrie a commencée par le plus facile , parce que le moins coûteux ..Pour ce qui est de la religion , Bourguiba , contrairement à ce qu’on lui reproche n’a jamais était un impie , ni même un laïc , la Zitouna se sclérosait et ça du témoignage des plus illustres sheïkhs , et Bourguiba n’a fait qu’aider à sa réforme pour l’ouvrir sur son milieu lui évitant une extinction lente mais assurée …Par ailleurs je vous félicite quant à l’éloquence avec laquelle vous avez rédiger vôtre communiqué , je reconnais le doigté d’éminents enseignants de l’école Bourguibienne

  3. Sami Trimeche
    | Répondre

    il y’ a la voie identitaire pure et dure , celle prônée par Guamal Abdennacer et reprise actuellement par les frères musulmans , et celle qui admet et reconnait l’avance technologique de l’occident et tout en acceptant de composer avec eux économiquement , reste bien implanté dans sa dimension Arabo-Musulmane , en tentant de donner à la lecture du Coran une dynamique , ça c l’esprit de Bourguiba , ou du moins ce qu’il a tenté de réaliser

Répondre