Ennahda, la sponda italiana L’ex don Fiaschi nel partito tunisino. di Gabriella Colarusso | 29 Ottobre 2011

with Pas de commentaire

fiaschi copieÀ 20 ans ; James Fiaschi voulait être prêtre. «Je faisais mes études au séminaire de Prato. En 1974, j’ai été ordonné. Mais après un moment, je compris que je ne pouvais pas continuer sans conflit avec moi-même. Il y avait eu les révolutions 68. Je voulais changer le monde … « .. Aujourd’hui, à 61 ans, il est le conseiller politique d’Ennahda, le parti islamiste modéré qui a remporté les élections à l’Assemblée constituante et se prépare à gouverner le post-Ben Ali en Tunisie.

Rencontre décisive. Il ya sept mois, une réunion qui porterait cet ancien prêtre catholique à l’éducation raffinée, et l’accent toscan, à agir comme un pont entre le printemps arabe, l’islam et l’Occident qui passent par une crise d’identité. « Je sais bien qu’en Occident on craint Ennahda »,. « Je pensais à un repaire de fanatiques et fondamentalistes entrain de crier.

La rencontre avec Ghannouchi, mais surtout avec Hamadi Jebali, secrétaire du Parti, a changé ma vision des choses. Pour cela, je dis que la connaissance, le dialogue sont essentiels ».

Fiaschi était déjà installé à Tunis bien avant la révolution. « Mon épouse aux débuts des années 90 a décidé d’ouvrir un laboratoire de passementerie, un de ces lieux dans lesquels on pourrait continuer la tradition de l’artisanat qui est en train de disparaître en Italie. Deux ans après, je créé ma propre société spécialisée dans les services de communications pour les entreprises « .Facile, là-bas, plus qu’en Italie. « Pour créer une Srl .On verse 120 Euros et un capital initial de 1.000 dinars, environ 500 euros. Et on attend 48 heures. » Quand la révolution a éclaté, fatigué de l’information qui mystifiait l’avenir, j’ai décidé de faire entendre ma voix en envoyant un message vidéo à BOBO CRAXI. « Un jour, je me suis assis en face d’une caméra et j’ai enregistré une vidéo sur YouTube. Bobo Craxi a vu, et a écrit sur Facebook: qu’il voulait me rencontrer « .Sept mois plus tard, Fiaschi conduit Hamadi Jebali, secrétaire politique d’Ennahda, « probablement le prochain premier ministre de la Tunisie, » à la réunion de « Communion et Libération à Rimini ».

  1. Comment avez-vous à partir de YouTube  pu participer aux réunions CL, avec le chef d’un parti islamique?

2. En Janvier je rencontrai Craxi à Tunis en face de la cathédrale, sous la statue du philosophe Ibn Khaldoun. Il m’a demandé si je voulais interviewer Ghannouchi, le leader du parti islamique modéré. J’ai montré un peu de résistance. Je ne savais rien de lui ni d’Ennahda, comme beaucoup d’Occidentaux, je craignais l’intégrisme.

  1. Pourquoi alors as-tu changé d’avis?
  2. Naghmouchi Neji, mon cher ami, le cinéaste tunisien de gauche, ( avec le poing fermé), m’a mis en contact avec le mouvement. Ghannouchi venait de rentrer en Tunisie, mais Ennahda était encore illégale. Ils attendaient l’approbation du ministre de l’Intérieur.
  3. Comment êtes vous allé?
  4. Je suis allé à leur locale : un appartement au deuxième étage d’un immeuble modeste derrière le marché central de Tunis. Je fus accueilli par un gars qui m’a dit: «Regardez, ici nous sommes un parti politique, pas un mouvement religieux « .vous voulez connaitre  l’Islam, je vous donne le numéro d’une bon imam.
  5. Ghannouchi était là?
  6. Non, je l’ai rencontré après que le mouvement a été légalisé.
  7. Comment était votre première rencontre?
  8. Nous sommes allés tous les deux à deux écoles de théologie, la communication entre nous était juste très facile. Je fus frappé par son calme, le ton de sa voix et le contenu du discours. Il est un homme instruit et modéré
  9. Jebali, cependant vous l’avez rencontré?
  10. Quelques semaines plus tard. Lorsque je l’ai vu j’ai eu immédiatement le sentiment d’être en face d’un vrai politicien. Il a immédiatement demandé ce que je pensais de son parti
  11. Et vous avez dit quoi?
  12. Que j’ attendais que Ennahda respecterait le jeu démocratique. Mais aussi je lui ai demandé si son parti pourrait accepter également les chrétiens et les juifs.
  13. Jebali?
  14. Il a dit: «Absolument.» Et que les seules exigences pour entrer à Ennahda  c’est d’avoir la nationalité tunisienne et le partage du programme politique. Puis il m’a demandé si je voulais contribuer à la sensibilisation pour le Parti en Italie, qui pour eux signifie l’Europe. Nous gagnerons beaucoup à cultiver les relations avec votre pays.
  15. Et vous l’avez introduit au Cl ?.
  16. (Je déclare que je suis dans CL, je jamais été. Dans ma vie, je suis membre d’un groupe seulement: le club Lion.) Traduction Google par très claire
  17. Comment vous avez fait pour l’introduire à la Communion de Rémini ?
  18. J’ai contacté l’organisation proposant une réunion avec Jebali. Au début, ils ont été très perplexes, ils avaient peur que je dirais. Ils avaient peur que je leur apporte un ayatollah!
  19. Qu’est-ce que les a convaincus?
  20. j’ai expliqué que je ne suis pas stupide, qu’il était secrétaire d’un parti politique et pas pas un prédicateur islamique.
  21. Qui était présent à la réunion?
  22. Tarak Ben Ammar et le ministre Franco Frattini, qui a été très impressionné par Jebali, un homme de grande culture. Un ami , homme d’affaires m’a dit: « Il est une personne qui a toutes les qualités pour diriger le parti et le pays. »
  23. Qui est-ce Jebali?
  24. un ingénieur expérimenté en ‘énergie renouvelable, un diplômé de l’Université de Paris. Il a vécu lee années 68 et toutes les moments de renouvellement de ces dernières décennies. Il connaît L’Europe, et sait comment dialoguer avec notre tradition. Et à Rimini, il a bien joué la carte de l’homme d’État
  25. Qu’avez-vous fait au cours de sa visite en Italie?
  26. Un voyage de quatre heures de voiture de Rome à Rimini pour parler de la philosophie médiévale et Thomas d’Aquin. Puis nous avons rencontré Pier Luigi Bersani et le maire de Prato, Roberto Cenni, un indépendant soutenu par une majorité de centre-droit.
  27. Pourquoi le maire de Prato?
  28. Il y avait une intention de conclure des accords de coopération entre les entreprises de Prato et entreprises tunisiennes. Et puis Jebali a demandé la possibilité aux Tunisiens de faire des stages dans les services techniques de la ville de Prato.

Q Stage de quel genre?

  1. Ils veulent comprendre la gestion de l’eau pour et des déchets. L’Italie pour Ennahda est un modèle pour l’organisation de la gestion de la ville en Tunisie.
  2. Mais quel est exactement votre rôle dans Ennahda?
  3. J’ai essayé d’encourager l’échange entre le parti et l’Italie. Ennhada par exemple ne possède pas de contactes avec le Vatican, je serais en mesure de les y emmener. Ensuite, nous travaillons dans des programmes de coopération avec des associations culturelles italiennes, comme Tonino Perra.
  4. Qu’est-ce qui vous a incité à prendre cette initiative ?
  5. Rome et Tunis sont deux terminaux connectés par une synapse malade, qui est Lampedusa. Cette situation doit changer. L’Italie doit prendre part à cette révolution démocratique. D’autre part, les relations entre nos pays ont des origines très anciennes. Ne pas oublier que cette population a vu la télévision pour la première fois avec la Rai. Ils ont appris l’italien avec Pippo Baudo et Raffaella Carra.
  6. Et votre médiation ?
  7. Juste pour dire que l’ambassadeur français à Tunis est au désespoir, car il réalisa que Ennahda est entrain de cultiver des relations particulières avec l’Italie.
  8. À vous entendre, le danger de l’intégrisme islamique semble à des années-lumière.
  9. Tout va passer l’épreuve des faits. Mais ce que je l’ai appris jusqu’ici, le fondamentalisme n’a qu’un seul ennemi: Ennahda. Pour les islamistes radicaux, salafistes par exemple, Ennahda est une menace parce qu’il est l’alternative politique pan-arabe à l’islamisme.
  10. charia, le voile, les interdits religieux?
  11. En Tunisie il ya un islam modéré, ouvert, qui coexiste avec les autres religions pendant des siècles et qui ne sauraient jamais accepter l’imposition de la charia. Ennahda ne va pas l’imposer ou interdire l’alcool ou de force les femmes à porter le voile.
  12. Mais pas de séparation de l’Église et de l’État.
  13. Le parti a un horizon religieux, bien sûr, mais est un peu comme c’était pour nous les chrétiens-démocrates. Il se réfère aux valeurs religieuses mais veut un Etat laïque, où, laïc signifie neutre pas anti-religieux
  14. Où est la limite?
  15. Neutre signifie que la religion est une affaire privée dans laquelle l’Etat ne peut intervenir. Ennahda si elle a quelque chose qui effraie les autres c’est pour d’autres raisons .
  16. Lesquelles ?
  17. Son programme est intreclassista, et la bourgeoisie radicale de Tunis, qui, jusqu’à il ya quelques mois est allé de pair avec la dictature,a peur de perdre ses privilèges.

Répondre