من شاعر الثورة إلى مثقف المنظمة الإرهابية الحاكمة

الى جهلاء تونس ..وعلى رأسهم العجمي الوريمي،القيادي في حركة النهضة « الساقطة، الذي فتح صفحته على الفايسبوك من اجل ابتزاز العواطف الدينية لقواعده المهزومة قصد تحريضها على قتلي..مثلما فعل من قبله المخلوع يوسف القرضاوي .
هذا هو الخطاب الذي قرأته البارحة،الثلاثاء 6 أوت 2013، في اعتصام الرحيل.وبودي أن يجد قارئ واحد في هذا العالم كلاما عن الدين والعقيدة والتديّن في هذا الخطاب.
اما اذا كان الدين هو  » حركة النهضة » ومرتزقتها.. فمعروف عنّي، ومنذ سنين طويلة، أنني أكره واحتقر هذه الحركة لكونها لا تحمل أي فكر، سواء أكان دينيا أم سياسيا.
انها مجرد عصابة دولية لاستثمار أموال المخدرات وفائض الجهل الشعبي..ولأجل ذلك قرأت هذا النص لأعجّل بسقوطها.
هذا هو النص بلغتين:احداهما لا يفهمها العجمي الوريمي وشيخه وحزبه..من سوء الحظ.
{النص صدر اليوم بجريدة »المغرب »}
أولاد أحمد
القيادة الشعرية للثورة التونسية
اعتصام الرحيل الأخير
تونس الثلاثاء 06 أوت 2013رسالة الى رؤساء وملوك العالم

وطني دقيقٌ مثل ساعةْ
الكلُّ فيهِ عقاربُ
والفردُ ينتخبُ الجماعةْ

1
نحنُ نتحدث عن الدولة المدنية.. وهم يتحدثون عن دولة الخلافة.
نحن نتحدث عن دولة القانون.. وهم يتحدثون عن دولة الشريعة.
نحن نتحدث عن التداول السلمي على السلطة.. وهم يتحدثون عن التمكين الالهي.
نحن نتحدث عن الديمقراطية..وهم يتحدثون عن الشورى.
نحن نحلم ببناء وطن للمواطنين.. وهم يصدد بناء اسطبل للرعية.
نحن نؤمن بالمساواة بين الرجل والمرأة وهم يعتبرون أن المرأة ناقصة عقل و دين
نحن نتعرف على النساء من وجوههن وهم يتعرفون على النساء من شواهد القبور
نحن نؤمن بالتنمية البشرية وهم يعملون على قتل الثلث لإصلاح الثلثين
نحن نسمي الخروج عن الحاكم ثورة شعبية و هم يؤمنون ان الخروج عن الحاكم حرام شرعا
نحن في يوم الثلاثاء 06 أوت 2013 و هم في يوم 28 رمضان 1434 هجري
نحن نصنع الاقلام والكمنجات وهم يصنعون السيوف والمتفجرات
نحن نعيش على هضاب البحر الابيض المتوسط في شمال افريقيا وهم يعيشون في الربع الخالي وفي صحاري القارة الاسياوية
نحن نرفع رية حمراء وبيضاء وهم يرفعون راية سوداء يتوسطها سيف قاطع
نحن نحدد تاريخ تونس بخمسة ألاف سنة على الأقل… وهم يحددون تاريخها ب 13 قرنا، أي منذ غزو عقبة بن نافع للقيروان.
2
من هذا المنطلق،وأخذا في الحسبان أحداث العنف والإرهاب والاغتيالات السياسية الجارية في بلادنا، بإرادة حكومية لا غبار عليها،يصبح الشعب التونسي شعبيْن في بلاد واحدة.بلاد واحدة.. الى حدّ الان .. في انتظار انشطار تونس وتفتّتها على شاكلة انشطار السودان والعراق وتفتّت يوغوسلافيا السابقة
.
نحن في حالة حرب:اذن

حرب تقودها حكومة غير شرعية على شعب اعزل اختار التظاهر السلمي والاعتصام لتقويم ما طرأ على ثورته التي انطلقت من شعاريْ : »الحرية والكرامة » فإذا بها تنحرف الى سؤال ديني مدعوم بإجابة دكتاتورية فورية.
.ولو كانت هذه الحرب محلية، تدور بين التونسيين فقط، لأمكننا حسمها لصالح اهداف الثورة في أشهر قليلة،،غير انها حرب مدعومة من أنظمة شرقية رجعية وكذلك من أنظمة غربية ديمقراطية.

السادة ملوك ورؤساء العالم
:
الان وقد قرأتم،على لسان الشعب التونسي الثائر والمسالم، ما سبق، يطيبُ لنا،في هذه الظروف العصيبة التي تمرّ بها بلادنا، تونس، أن نسألكم عمّا اذا كانت لكم، ولدولكم، مصلحة حقيقية في أن تسيل دماء التونسيين باسم الميتافيزيقا ؟
وعمّا اذ اكانت قواننكم تسمح بأن يسطو الحكام على حقوق تأليف الكتب السماوية.. وينسبوها الي أنفسهم.. لكي يتصرّفوا،مع شعوبهم، كآلهة لا يطالها الحساب ؟

في انتظار ردودكم..نأسف لعدم دعوتكم لحضور حفل اعلان تونس دولة مدنية ديمقراطية حال تمكننا من ارجاع الاخوان المسلمين الى منافيكم..التي لا فرق بينها وبين أوكار العمالة والجوسسة.

الامضاء:

أولادأحمد
شاعروثائر تونسي

من شاعر الثورة إلى مثقف المنظمة الإرهابية الحاكمة

الى جهلاء تونس ..وعلى رأسهم العجمي الوريمي،القيادي في حركة النهضة « الساقطة، الذي فتح صفحته على الفايسبوك من اجل ابتزاز العواطف الدينية لقواعده المهزومة قصد تحريضها على قتلي..مثلما فعل من قبله المخلوع يوسف القرضاوي . Lire le reste de cet article »

La légitimité des urnes n’est pas à caractère charaïque

Dès le départ, et bien avant les élections d’Octobre 2011, il y avait comme une sorte de flou conceptuel dans les déclarations politiques des prétendants au pouvoir, concernant la « Souveraineté » de l’État que Béji Caïd Essebsi a considéré comme prioritaire, pour un gouvernement de transition démocratique, chargé de réaliser les « fins ultimes » de la Révolution. L’emploi de ce que j’avais traduit, par « l’Aura de l’État »- هيبة الدولة – par le Premier Ministre du second gouvernement de la priode de transition, avait été à l’origine, d’interprétations à caractère « réactionnel » issues de la conscience « pré-politique » dont faisaient preuve ceux qui allaient accéder, quelques mois plus tard, aux commandes mêmes de l’État dont ils sont devenus les prédateurs. Confondant Aura de l’État, avec Autorité du pouvoir en place, ces interprétations « pré-politiques » allaient mener certains décideurs au sein de l’Organisation de la Nahdha  à  encore confondre État Souverain et Pouvoir Souverain et à attribuer au pouvoir, la Souveraineté de l’Etat.

Lire le reste de cet article »

Le Coup d’État rampant d’Ennahdha (publié avant la nomination de Laarayedh Premier Ministre)

Vers le milieu des années 80, sous le gouvernement Sfar, je crois, j’avais assisté, dans un hôtel de la capitale, à une conférence, donnée par Edgar Pisani,  à l’occasion d’une rencontre, autour du thème  » Politique et administration », dans laquelle, ce grand homme politique dont la  carrière  de grand commis de l’Etat, (le plus jeune préfet de France, après la Libération, sénateur, plusieurs fois ministres sous De Gaulle et Directeur de l’Institut du Monde Arabe à Paris jusqu’en 95), devait préciser qu’il était difficile de ne pas soumettre les adminitrateurs à l’autorité des politiques. Car, au cas où on laisserait faire les administrateurs, ils se transforment en pouvoir et constitueraient, une sorte d’état dans l’État. Edgar Pisani, qui est né à Tunis et y a vécu jusqu’à l’âge de 18 ans, conseillait donc aux Tunisiens,  à un moment où la Tunisie commençait  à donner des signes d’instabilité politique, de ne pas trop dégager la gestion administrative de la tutelle de la gestion politique.

La question est redevenue d’actualité, depuis la proposition, par Hamadi Jbali, de former un gouvernement de technocrates, qui seraient chargés de parer au plus pressé en vue de permettre, au plus vite, l’organisation d’élections démocratiques, pour doter le pays d’institutions légitimes, capables de générer  la stabilité dont le pays a grandement besoin.

La remarque d’Edgar Pisani pourrait nous faire comprendre les réserves de certains politiques quant à la formation d’un gouvernement de technocrates « neutres », libres de toute obédience politique. Mais elle ne pourrait légitimer  les résistances opposées par la Nahdha à l’idée de neutraliser les Ministères de Souveraineté.

Le manque de maîtrise en matière de communication politique dont font preuve les hommes politiques nouveaux qui nous gouvernent- et qui sont entrain d’apprendre sur le tas- ainsi que l’incapacité flagrante du Parti relativement majoritaire de se convertir en parti politique, font qu’il était objectivement difficile, à une classe politique dont la plupart de ceux qui la composent ne sont pas encore passés par l’épreuve de l’exercice du pouvoir, de ne pas comprendre qu’il  sagit  pour eux, d’une proposition qui consistait  à les neutraliser, en les remplaçant par un gouvernement  qui serait, paradoxalement, « a-politique ».

C’est qu’il s’agissait, en fait, non pas de doter le pays d’un gouvernement de technocrates et de compétences en matière de gestion politique, économique et sociale, auquel cas, un certain nombre de conseillers spécialistes aurait suffi, mais de protéger l’Etat des actions de détournement et de destruction préméditée dont il s’est avéré être l’objet, depuis sa prise en charge, démocratique, par une organisation d’oppostion clandestine dont la pratique politique est entachée de terrorisme et de recours au complot contre la sûreté de l’Etat.

Le fait que la proposition de Hamadi Jbali ait, parait-il, révélé, au grand jour les divisions qui traversaient Ennahdha et qui ont été à l’origine du « non achèvement » de son premier congrès de parti politique autorisé, organisé après son accès au pouvoir, est plus important  à signaler, comme étant à l’origine de la crise, que l’échec de la proposition du Premier Ministre et Secrétaire Général du Parti majoritaire de la coalition au pouvoir.

En effet, l’immaturité politique des différents  clans du « parti » au pouvoir, dont une majorité  à caractère mafieux et terroriste,  est, à la fois  la cause et l’obstacle au  dépassement de la crise politique la plus grave de l’histoire de la Tunisie à l’époque moderne moderne, depuis celle des années soixante dix du 19ème siècle.

Le fait que les résistances  à la proposition de Jbali se sont fixées autour des Ministères dits de Souveraineté, en dit long, sur le coup d’État rampant que Ennahdha a entrepris de réaliser, durant la seconde période de gouvernement de transition. Un coup d’État qui n’est pas dirigé contre le gouvernement ou le régime politique en place, mais contre l’État  lui-même, en tant que forme d’organisation sociale, dont on se propose d’en changer la nature et l’identité, par le recours au fait accompli, comme font les sionistes en Palestine.

كفاكم خلطا بين الشرعية الانتخابية و شرع المبايعة

عندما يتحدث الإخوان المسلمون عن الشرعية الإنتخابية فإنهم يقصدون في واقع فهمهم ما ينتج عن عملية المبايعة التي على أساسها يتولى السلطان حكم  الجماعة التي بايعته بتنفيذ أحكام الشريعة فيهم. وبفهمهم هذا للشرعية الإنتخابية يتغافلون عن الفارق القيمي بين شرعية الإنتخاب الدمقراطي و شرعية المبايعة

Lire le reste de cet article »

L’échec du Coup d’État perpétré par le Pouvoir provisoire de transition se confirme.

En désespoir de cause, Ennahdha se replie sur ses positions d’organisation terroriste;
—————————— ————————
—————————— ————————
Il y a une opposition radicale, qui interdit toute négociation, entre ceux qui considèrent que l’Assemblée Constituante est légitime du fait que ses membres ont été élus par le peuple source originelle de tout pouvoir politique et en tant que telle peut se substituer indéfiniment à ce dernier et ceux qui relativisent cette légitimité en la limitant à la durée indiquée par la loi dont elle est issue. Dire que la Constituante, à partir du moment où elle est élue dispose d’une légitimité absolue, devenant elle-même instance « légiférante » et donc source de légitimation, c’est oublier, un fait capital. La légitimité de notre seconde constituante, ne provient pas du fait qu’elle ait été élue par le peuple, mais surtout de la « qualité de ces élections » qu’on ne peut séparer de la loi électorale et des conditions de son application en toute transparence et indépendance. Lorsque Rached Ghanouchi et Moncef Marzouki, déclarent en face du monde entier qu’ils sont les premiers « vrais représentants du peuple tunisien », ils ne se réfèrent pas aux élections elles-mêmes mais aux conditions dans lesquelles elles se sont déroulées. En ne retenant que le résultat des élections, et en déclarant leur légitimité dégagée des conditions dans lesquelles se sont déroulées ces élections, ils n’ont plus rien à redire quant aux chambres d’enregistrement de Ben Ali et même de Bourguiba (le Chef d’Etat) et privent, en conséquence la Tunisie de l’un des deux seuls acquis de la Révolution du 14 Janvier qui sont, la liberté d’expression et l’organisation des élections par une institution autonome et dans des conditions de transparence jamais atteintes dans nos régions.

D’où l’on comprend le fait que l’on puisse se permettre de dire qu’au cas où la Constituante, se déclare libérée des conditions édictées par la loi qui a permis l’élection de ses membres, ces conditions qui donnent à sa légitimité une dimension véridique que n’auraient pas tous les élus du peuple depuis l’Indépendance , cela équivaut à une sorte de coup d’Etat qui veut transformer notre Révolution post moderne, en un second 7 Novembre islamique. Le coup d’Etat manqué de Moncef Ben Salem, qui était prévu pour le 8 Novembre 87 serait, dans ce cas, la référence légitimatrice de la prise du pouvoir par Ennahdha le 23 Octobre 2011, en mettant la Révolution entre parenthèse et sa revendication par Ghanouchi et Marzouki n’est, en fait qu’une ruse de guerre, pour le premier et l’expression de son révolutionnarisme maladif pour le second.